2012 sera l'année de La roue du temps


Stéphane Marsan

Stéphane Marsan

L'Œil du monde

“Quand on débute une carrière dans l’édition, en particulier dans un genre précis comme la fantasy, on se demande toujours dans nos rêves les plus fous quels sont les deux ou trois bouquins dont on aimerait être l’éditeur. Dans la fantasy, on pense évidemment au Seigneur des anneaux, à Conan, et à la Roue du temps. J’ai beaucoup de chance car j’ai fait deux de ces trois là. Et La roue du temps, c’est un moment extraordinaire.” Retranscription d’une interview vidéo réalisée par les éditions Bragelonne.

Pourrais-tu présenter l’œuvre de Robert Jordan à ceux qui ne la connaissent pas encore ?

La fantasy moderne a explosé dans l’édition dans les années 60 lorsque Le Seigneur des anneaux de Tolkien a été publié aux États-Unis. Cela a créé un engouement extraordinaire dont nous avons encore les bénéfices aujourd’hui. C’est le moment, dans la foulée de Tolkien, où quelques grands auteurs ont écrit la fantasy moderne, sont devenus les héritiers et ont porté pour une nouvelle génération de lecteurs l’héritage des mythes et des légendes dont Tolkien avait donné une mythologie moderne après la guerre. Ces grands auteurs sont les monuments du genre et Jordan, c’est le plus grand d’entre eux. Avec La roue du temps, il a vendu plus de plus 80 millions d’exemplaires – ce qui est absolument gigantesque. Il a largement dépassé le public des fanas de fantasy et est devenu un auteur populaire d’épopées et d’aventures. Il s’est imposé comme celui qu’il faut lire si vous avez un autre livre à lire après Le seigneur des anneaux. C’est ce que l’on sait dans le monde entier, et il est temps que le public français puisse découvrir à son tour cette œuvre tellement fondamentale qu’elle a continué après sa mort, le flambeau ayant été repris par un jeune auteur de fantasy qui a été chargé de clore la série grâce aux notes de l’auteur et aux conseils de sa veuve et éditrice. Ce garçon se nomme Brandon Sanderson et il va nous mener au terme de ses 14 volumes de cette saga extraordinaire.

Comment présenterais-tu La roue du temps ?

La roue du temps est un monument romanesque, une immense saga, très riche, avec de nombreux personnages et des paysages extraordinaires. C’est un classique de la fantasy. Nous allons découvrir un monde nouveau, nous allons partir dans une grande quête, un grand voyage, dont le ressort dramatique est un combat pour l’espoir, pour la liberté, avec un personnage principal qui est un jeune garçon qui n’avait pas l’étoffe pour devenir un héros et ne pensait pas qu’un jour il quitterait son village et que le destin va placer dans une situation extraordinaire qui va lui montrer qu’il est en vérité la réincarnation d’un héros légendaire, le seul à pouvoir s’opposer à l’incarnation du mal dont le retour est en train de mettre le monde en péril. C’est une galerie de personnages qui sont très attachants et authentiques. C’est un élément très important de l’oeuvre de Jordan qui a réussi à réunir toutes les qualités de la fantasy classique à la Tolkien, et en même temps, à mettre de la chair et de la vérité dans des personnages qui nous ressemblent, tout à la fois très loin dans un monde merveilleux, extraordinaire et très exotique, et en même temps très proche du nôtre. C’est ce qui crée notre attachement, c’est cette complicité particulière qui va nous donner envie de suivre cette saga pendant des milliers de pages.

Jordan, c’est un auteur qui vous emmène dans la fantasy si vous en êtes déjà amateur, et qui vous la fait découvrir d’une façon à laquelle vous ne vous attendiez pas si vous ne la connaissiez pas. C’est ce qui lui a donné un public immense. Jordan n’est pas un auteur pour fan spécialisé de fantasy, c’est un grand auteur pour le grand public qui est vendu dans tous les aéroport du monde et est devenu le Stephen King de la fantasy en réunissant sous sa bannière tous les publics comme aucun autre auteur de fantasy n’y était arrivé avant lui.

Pourquoi publier ce cycle aujourd’hui ?

On arrive à un moment particulièrement enthousiasment pour la fantasy, moment où ce genre cesse d’être perçu comme un genre spécialisé et acquiert un large public qui lit des livres ou qui regarde des films à la télévision et au cinéma sans savoir que cela s’appelle de la fantasy. Et en un sens, ce n’est pas grave quand vous voyez Game of Thrones, l’adaptation télévisée du Trône de fer ou tout simplement Harry Potter, on se rend compte qu’il y a très large public qui est fasciné, charmé, captivé par ces histoires sans être fan du genre. C’est donc un moment idéal pour publier La Roue du temps de la meilleure manière qu’il soit à savoir que la fantasy obtient enfin un traitement littéraire et éditorial digne de ce nom. On peut rompre avec une façon archaïque de la traduire, de l’éditer, de la représenter qui lui a donné une mauvaise image.

Dans quel contexte la roue du temps tournera-t-elle en 2012 et quelle forme prendra cette nouvelle édition ?

Ce que l’on entreprend avec Robert Jordan est unique dans les anales de l’éditions française, au moins pour ce genre, à savoir qu’il s’agit de publier La roue du temps dans sa tomaison originale et dans son intégralité. Nous le faisons avec la meilleure traduction possible : fidèle mais aussi pensée, inventive, qui doit comme l’auteur imaginer tout un monde et le mettre à la portée de tous les lecteurs, pour une lecture facile et plaisante. C’est une grande chance et un grand honneur d’avoir Jean-Claude Mallé qui est la Rolls de la traduction de l’imaginaire en France pour traduire cette oeuvre. Il a montré avec L’épée de vérité de Terry Goodkind que c’est avec une traduction comme la sienne que l’on pouvait véritablement révéler un best-seller de fantasy dans ce pays. C’est aussi la manière de donner la meilleure image à ce genre avec une couverture et une illustration qui soient à la fois élégante mais aussi la plus universelle possible.

La roue du temps – tout est dans le titre – est une vision de l’ordre du monde, de la façon dont nos existences individuelles s’insèrent dans la grande marche du cosmos. C’est la raison pour laquelle les couvertures que nous avons choisies reprennent le symbole qu’avait lui même créé Robert Jordan, une image qui parle à toutes les imaginations, à tous les esprits, à toutes les envies et que l’on n’a pas honte de lire dans le métro ou de poser sur son bureau quand on arrive au travail.

A quel rythme paraîtront les premiers livres de la série et peut-on s’attendre à du matériel inédit ?

Le nouveau lancement de La Roue du temps en France commencera dès le mois de mars avec la publication de trois volumes, à savoir les deux premiers tomes de la saga L’oeil du monde, La grande quête, ainsi qu’un inédit, une histoire avant l’histoire, une préquelle intitulée Nouveau printemps et ensuite, au cours de l’année, il y aura deux nouveaux volumes. Ce sont cinq superbes livres qui seront disponibles en 2012, pour frapper fort et pour montrer que lorsque l’on a commencé à goûter à La Roue du temps, on a envie de continuer le voyage très vite et poursuivre cette aventure.
C’est aussi l’occasion de montrer que La Roue du temps a inspiré énormément de gens, et pour en donner un exemple, on va publier également le début d’une adaptation en bande dessinée.

Que peut-on souhaiter à La roue du temps ?

L’essence même du travail d’éditeur, c’est partager le plaisir que l’on a eu à lire des livres. On est heureux et fier quand on rencontre des gens ou quand on reçoit du courrier qui dit : grâce à vous, j’ai découvert ce bouquin, il est formidable, je n’ai pas pu m’empêcher de le lire toute la nuit, et maintenant j’y pense, voire même parfois il m’aide à vivre, il m’accompagne dans la vie de tous les jours. C’est évidemment, ce que l’on peut souhaiter pour La roue du temps, parce que si des dizaines de lecteurs dans le monde ont été captivés par cette saga et continue à suivre année après année les nouveaux épisodes de son développement, ça veut dire qu’il y a de nombreux lecteurs francophones qui sont avides de trouver le même plaisir. Jordan est quelqu’un qui mérite de connaître en France le destin des piliers du genre Fantasy, des gens qui sont les plus grands conteurs du monde moderne comme David Gemmell, Terry Goodkind, Raymond Feist. 2012 sera l’année de La roue du temps.