Sakhaline

Editorial reviews

Sakhaline

C'est aussi noir que La Route, aussi halluciné que la fin d'Apocalypse Now. Avec, imprégnant tout le récit, cette démesure – et ce mysticisme - qu'on trouve souvent dans la littérature russe.
De ce point de vue, c'est plutôt réussi.